5.6.11

Pantha Du Prince - Black Noise [RTRADCD544 / Rough Trade 2010]


Avec un peu de retard je me suis finalement penché sur cet album sortit l’an dernier et qui fut encensé par la critique.

Je ne connaissais rien de Pantha du Prince et j’ai lancé la lecture sans aucun élément pouvant m’indiquer si j’allais écouter du rock ou de la techno survitaminée.

Première surprise, Lay In A Shimmer dévoile une pop minimale sautillante et fraiche, remplie de mélancolie. Abglanz suit, plus sombre et mystérieux, je décèle un premier indice sur le mystérieux de Pantha, ça sonne germanique…

Stick To My Side est un élégant morceau de house ralentie sur lequel le tour de chant du chanteur vient se caller parfaitement, là encore une touche de mélancolie s’en dégage.

Les basses vrombissent sur Behind The Stars, cette techno là est sucrée et élégante. La tête oscille immanquablement mais pas seulement, on se laisse prendre par l’atmosphère feutré qui nous éloigne toujours plus des dancefloors.

Bohemian Forest est un véritable récital, la mélodie est simpliste et sinueuse elle se défait et se refait sans cesse. Pantha fait une démonstration de breaks, de micro beats, pied de nez et autre queue de poisson. La myriade de claquements non identifiables tourbillonne frénétiquement, la rythmique change sans qu’on s’en rende compte. C’est ça le génie non ? Imaginez Steve Reich avec une boite à rythme et vous aurez une idée du rendu.

Une chose remarquable dans cet album est donc la qualité des beats, jamais linéaires, pleins de contre pieds et de détails millimétrés. S’ajoute à cela des nappes d’ambient et une façon de construire les morceaux proche de l’IDM, la structure n’est pas apparente, les changements de direction sont fréquents et orchestrés avec maestria.

La dernière partie du disque est plus ambient voir franchement eclectronica comme sur Welt Am Draht qui est superbe avec ses nappes aériennes et ses ritournelles de cliquetis entêtantes.

Je résume ce que je sais. Pantha du Prince est surement allemand, l’album est tout de même fortement influencé par le son techno germanique, précis et efficace. La mélancolie et le sens de la pop de sa musique me fait penser qu’il a du grandir dans les 80’s. Son incroyable talent pour échafauder ses morceaux de manière imprévisible à du se forger suite à de longues heures d’écoutes d’idm et d’electronica.
La minutie des beats est presque intrigante, le son n’est pas froid, au contraire, la multitude des drums employés explose aux oreilles, s’est absolument somptueux. Le son lumineux et mélancolique de Pantha contraste avec l’omniprésence d’une techno plus radicale sur la scène allemande.

Une bouffée d’air frais bienvenue en ses temps de sécheresse. Un must have !


Pantha Du Prince - Welt Am Draht


Acheter l'album

Pantha Du Prince - Black Noise [RTRADCD544 / Rough Trade 2010]

Comment (1)

d'après moi c'est clairement le moins bon des trois albums.Peut être parce qu'il est plus idm et moins techno? à mon sens les deux premiers étaient beaucoup plus efficaces car avec moins de fioritures. là on sentait vraiment l'aspect millimétré des contre pieds etc. je vous encourage vivement à vous pencher dessus. "this bliss" et "diamond daze", sur dial of course.

Enregistrer un commentaire