17.5.14 0 commentaires

Soofle ‎- Nouveau EP [593150 / Fnac Music Dance Division 1993]


Je vous ai déjà parlé à maintes reprises de Ludovic Navarre, et bien voici encore un nouvel alias, Soofle, cette fois ci en duo avec Shazz.

How Do You Plead? est le morceau le plus connu, un classique deep house made in Chica... heu Paris. Ici on a le modèle de composition typique de Navarre : la boite à rythme puissante, une nappe superbe et magnétique, un synthé rythmique à la texture assez indéfinissable (voir à 3'40), des arrangements de folie accompagnés de percus colorées. Du bel ouvrage quoi.

Thrill est plus rythmé, là encore tout est mixé à la perfection, l'acid house aux grandes heures.

Happy Cycles, c'est une boite à rythmes et des synthés, notre duo rend hommage à la deep house élégante de Larry Heard. Le son est plutôt old school et un peu daté mais quel bonheur !

Away est plus feutré même si ça envoie du lourd.

Classic techno !



Acheter l'album

Soofle ‎- Nouveau EP [593150 / Fnac Music Dance Division 1993]
17.5.14 0 commentaires

Esem ‎- Enveloped [foc364cd / deFocus 2002]


Esem sort son premier LP, Enveloped, en 2002. Période pendant laquelle l'idm entame un nouveau chapitre, celui de la deuxième vague de producteurs. Parmi eux Proem, Kettel, Arovane, Multiplex, Sense, Digitonal...

Enveloped résume bien l'idm très mélodique des années 90's en y ajoutant la touche plus moderne et digitale des 00's. C'est ici un parfait point d'entrée pour les néophytes du genre.

Esem écrit des mélodies simples et sublimées par les nappes mélancoliques et élégantes. L'originalité est ici dans la construction très précise et bien pensée des rythmiques et des arrangements. Attention ici il ne s'agit pas d'une démonstration technique austère. Esem préfère épurer au maximum ses compositions, les beats ne sont jamais envahissants ni trop complexes, l'espace sonore n'est pas bourré de cuts et de vrilles stridentes.

C'est un vrai plaisir de découvrir ces petites ritournelles digitales pleines de mélancolie. Esem compose sa musique en pensant d'abord à notre esprit. Presque cinématique, sa musique nous fait découvrir son monde futuriste remplit de cette poésie crépusculaire si intrigante.

Plus complexe qu'il n'y parait, Enveloped (il porte vraiment bien son nom) se laisse écouter sans difficulté. Sur cet opus tout le monde y trouvera son compte. Suffisamment touffu pour y desseller des moments de génie, le minimalisme de la mise en scène rend justice aux atmosphères savamment élaborées.

Un classique, à ranger entre Amber et Tides dans votre discog, il incarne parfaitement cette évolution du son idm au passage de l'an 2000.



Acheter l'album

Esem ‎- Enveloped [foc364cd / deFocus 2002][flac]
backup [flac]
4.5.14 0 commentaires

Woob ‎- Woob 1194 [em:t 1194 / 1994]

 Woob a sorti 1194 (son premier album), sur le fameux label em:t. Ce disque, est souvent considéré comme la meilleure sortie du label et est aujourd'hui tout en haut dans la hiérarchie des disques d'ambient.

Les percussions tribales qui ouvrent l'album m'entrainent doucement dans les forêts tropicales étouffantes de l'équateur, les chants mystiques d'un peuple isolé du monde s'élèvent. Je ferme les yeux. La forêt est sombre, la cime des arbres semble inatteignable et pourtant j’entends les oiseaux m'appeler. Les longues notes lancinantes aux accents orientaux me rappellent que je suis loin de chez moi.
Les yeux fermés, le casque sur les oreilles, je décroche...

Dans les rêves les événements s'enchainent mystérieusement, ainsi je me retrouve sur la banquise, enveloppé dans des nappes d'une pureté saisissante. Une percussion puissante et sombre semble m'amener vers une faille dans la glace, la lumière du soleil se reflète sur les parois, c'est beau et inquiétant à la fois.

L'air glacé dans mes poumons se réchauffe vite, je m'aperçois que mes pieds s'enfoncent déjà dans le sable brulant. L’écho des percussions orientales attire mon attention, l’Égypte antique m'ouvre ses portes délicatement, les nappes aériennes m'enveloppent et s'élèvent dans ce désert parsemé de pyramides millénaires.

Les brumes dans lesquelles je suis perdu depuis plus d'une heure se dissipent, un grondement plane, j’entends des grognements rauques, le son semble filtré à travers le glace, suis-je prisonnier sous la banquise ?
J'ouvre les yeux, tout va bien, les images restent pendant un long moment dans les méandres de mon esprit. Là où les rêves sont oubliés quelques instants après, ici je me souviens, et c'est tant mieux. Le voyage que je viens de faire était intense et mystérieux, les contrés visitées semblaient hors du temps.

Woob à su créer une musique mystique presque irréelle, et pourtant elle regorge de samples enregistrés aux quatre coins de la planète. Il a imaginé des mondes sonores complets et sans frontières. Je viens de prendre une claque monumentale, jamais j'avais écouté d'album ambient aussi jusqu'au-boutiste.
La technique utilisée est bluffante, les arrangements sont très cinématographiques et la composition touche la corde sensible à de nombres reprises. Le mastering est incroyable et la spatialisation 3d est ultra précise grâce au système Roland Sound Space 3D (qui soit dit en passant doit être un travail particulièrement long et fastidieux !) . La sensation d'immersion est décuplée, j'avais l'impression de vivre le voyage de l'intérieur c'est dingue !
L'écoute au casque (de bonne qualité) est primordiale.

Une expérience formidable !




Acheter l'album

Woob ‎- Woob 1194 [em:t 1194 / 1994]